Café la Forge

Bistrots à Gogo!

Dès le 18ème siècle, des débits de boissons appelés alors cabarets, ont vu le jour au chef-lieu. Plus tard, de nombreux cafés se sont construits à Neydens : 15 ont été recensés depuis les années 1900.
Ceux qui ont fermé dans les années 50 sont encore dans les mémoires des aînés mais l’existence d’établissements plus anciens relève de la transmission orale.

Café la Forge
Véritable institution, le bistrot était fréquenté essentiellement par les hommes, qui se retrouvaient là une fois la journée de travail terminée ou après la messe. Certains venaient  tous les jours : des célibataires de la commune cherchant à rompre leur solitude, des ouvriers agricoles (commis), ou de simples habitués.
Avec le développement de la voiture, les bistrots se trouvant sur les axes principaux aux Mouilles et à La Forge accueillirent une clientèle de passage, professionnels du transport ou de la vente, ou encore des genevois sur leur retour du Salève.
Au café, on parlait de tout et de rien, on se mettait au courant des dernières nouvelles du village, on y commentait la politique en période d’élections, on y créait la rumeur. On y consommait de l’alcool et du café. On y tapait le carton l’hiver et on y jouait à la lyonnaise l’été.
Le dimanche, les pères de famille y emmenaient leur progéniture qui avait droit à un verre de sirop ou de limonade.
Au café circulait l’information.
A Neydens comme ailleurs, ces lieux de vie ont peu à peu disparu. Des cinq encore en activité dans les années 60, un seul s’est maintenu, le bar de la Forge, auquel s’est ajouté aujourd’hui le bar-restaurant du camping de la Colombière.